Pathologies : regard ostéopathique

L’arthrose

 

Qu’est- ce que c’est ?

C’est une atteinte articulaire qui touche le cartilage de la zone concernée, souvent causée par une usure. En effet, il y a une dégradation de ce cartilage recouvrant les extrémités des os. La destruction du cartilage s’accompagne généralement d’une production d’excroissance osseuse. Cela provoque petit à petit des douleurs ainsi qu’une perte de mobilité.

 

On peut considérer, en ostéopathie, que l’arthrose se produit car il y a « trop » de mobilité au niveau de l’articulation atteinte car elle va compenser la ou les articulation(s) autour qui manque, quant à elle(s), de mobilité. Mais tout excès est mauvais ! Le corps réagit alors en provoquant le phénomène d’arthrose pour réduire la mobilité de la zone.

 

 

Exemple : une dysfonction articulaire au niveau de la 9ème vertèbre thoracique va modifier ses mouvements. La vertèbre précédente ainsi que la suivante vont donc devoir combler ce manque de mouvement en augmentant leur amplitude. Cependant, ce n’est pas une situation normale pour le corps. Si cette situation dure trop longtemps, l’arthrose peut se développer.

 

Les conséquences ostéopathiques

Souvenez-vous, lorsque l’on décrit l’arthrose on parle aussi de perte de mobilité. Si l’arthrose est au niveau d’un membre, il y aura un report de poids, que ce soit sur le côté opposé ou sur l’avant/arrière main opposée à la pathologie.

Un report de poids entraîne des tensions musculaires qui peuvent par la suite provoquer des dysfonctions articulaires. Le corps va essayer de s’adapter à ces tensions, mais il n’y arrive pas toujours. Au fur et à mesure, les dysfonctions peuvent toucher d’autres structures, comme la colonne vertébrale et votre animal pourra présenter un mal de dos du à l’arthrose présente au niveau du membre (par exemple).

 

Si la pathologie touche la colonne vertébrale, l’étage articulaire sera restreint en terme de mouvement. Lorsque le rachis est touché, les conséquences peuvent parfois être plus graves. En, effet, les vertèbres possèdent un canal permettant de protéger la moelle épinière, donc le système nerveux central. La production osseuse présente lors de phénomène d’arthrose peut comprimer et/ou irriter des racines nerveuses ou des artères. En fonction de la zone atteinte et de la quantité de tissu osseux produite, l’animal peut présenter des troubles neurologiques au niveau des membres (trébuche souvent, difficultés à exercer certains mouvements, atrophie musculaire…). Le diagnostic du vétérinaire est donc primordial, et le suivi ostéopathique peut permettre de réduire les tensions sur le reste du corps.

 

Voici un schéma qui met en évidence certains muscles superficiels qui peuvent se mettre en tension pour palier la douleur de l’arthrose au niveau du membre antérieur. En effet, le muscle brachio-céphalique avec de fortes tensions peut venir provoquer des douleurs cervicales et au niveau du crâne ; le muscle grand dorsal quant à lui s’insère sur les vertèbres thoraciques et lombaires ainsi que le bassin, il peut engendrer des douleurs dorsales ; et le muscle quadriceps peut provoquer des dysfonctions ostéopathiques au niveau du membre postérieur. Les conséquences d’une douleur locomotrice à long terme, va faire naître de nombreuses dysfonctions et souffrance, qui peuvent paraître très éloignées de la zone arthrosée !

 

L’arthrose peut survenir à cause de perte de mobilité des articulations autour de la zone, il est donc important d’effectuer un suivi ostéopathique régulier pour éviter les zones de restriction de mobilité et donc limiter au maximum l’apparition de cette pathologie.

 

 

Comment gérer au mieux l’arthrose de son animal ?

  • L’ostéopathie 

L’ostéopathie a plusieurs principes fondamentaux dont « l’artère est suprême », ce qui signifie que chaque structure a besoin de sang, donc un apport d’oxygène et de nutriments, pour pouvoir fonctionner de manière optimale. En cas d’arthrose, la mobilisation de la structure peut devenir douloureuse, donc l’individu va se soulager de différentes manières :

– éviter au maximum d’utiliser l’articulation concernée,

– soulager le poids porté par l’articulation en le reportant sur les autres membres,

– réduire son activité physique.

 

Mais en faisant cela, l’animal modifie alors son état d’équilibre corporel ce qui peut provoquer des tensions. Le fait de réduire la mobilité articulaire de la zone atteinte va, de ce fait, diminuer l’apport sanguin. Le fait de bouger régulièrement entraîne des contractions musculaires facilitant la circulation du sang (en plus du système circulatoire que forme le cœur). Cela va donc réduire l’apport en nutriments de la zone ce qui ne facilitera pas la production d’ostéoblastes (cellules permettant la production de matrice osseuse), ni de filtrer les déchets cellulaires (ostéoclastes entre autres) ainsi que les éventuelles toxines.

 

L’ostéopathie a pour but de redonner de la mobilité aux tissus restreint par des dysfonctions (ostéopathiques). On cherche à ré-harmoniser le corps, lui permettre de trouver son équilibre en limitant au maximum l’apparition de tensions anormales. Il est donc nécessaire de faire suivre vos animaux régulièrement afin de limiter au maximum les gênes provoquées par l’arthrose.

 

Comme expliqué auparavant, il est intéressant de faire des séances d’ostéopathie sur votre animal dès le plus jeune âge afin de maintenir sa santé et de limiter au maximum l’apparition de troubles articulaires et autres.

 

  • Les compléments alimentaires 

Il existe de nombreux compléments alimentaires qui permettent une meilleure gestion de l’arthrose.

  • Les compléments à base de chondroïtine permettent de soutenir le cartilage, car ils entrent dans sa composition. Cependant, il faut généralement l’associer au glucosamine qui va ralentir la dégradation du cartilage et permettre de lubrifier l’articulation afin de réduire les douleurs liées aux frottements.

 

Il existe aussi des compléments à base de plantes, comme :

  • le curcuma qui présente une action d’anti-inflammatoire permettant de réduire la douleur, surtout lors de crise d’arthrose.
  • L’harpagophytum possède, lui aussi, des propriétés anti-inflammatoires et anti-douleurs.

 

Demandez d’abord l’avis à votre vétérinaire pour donner des compléments à votre animal : un petit coup de fil pour être conseillé n’est jamais de trop !

 

  • Les recherches scientifiques

Actuellement, il existe des recherches sur cette pathologie qui ont permis de découvrir que certaines cellules souches sont capables de régénérer de l’os ainsi que du cartilage. La thérapie par des cellules souches se développe petit à petit.

 

Petits articles intéressant sur la recherche des cellules souches et l’arthrose : https://blog.santelog.com/2015/01/22/arthrose-osteoporose-lespoir-dune-nouvelle-therapie-cellulaire-cell/

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2017-01-09/arthrose-traitement-cellules-souches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.